Accueil La Vie en Chine Culture et Traditions Religions ou Philosophies en Chine

Religions ou Philosophies en Chine

1000
0
Religion en chine

A la fois contradictoires et complémentaires, toujours empreintes de pragmatisme, les croyances et pratiques religieuses  chinoises défient toute tentative de classement net et précis. La religion en Chine a été influencée par trois grands courants de pensée : le confucianisme, le taôisme et le bouddhisme(les trois enseignements).

Après avoir rivalisé pour la suprématie, tous trois se sont fortement influencés et se sont imbriqués, intégrant également le culte des ancêtres et d’anciennes croyances animistes. Répandu dans toutes les couches de la société, des paysans les plus misérables jusqu’à l’empereur, ce syncrétisme unique représentait un aspect fondamental de la culture, de sorte que des groupes musulmans et chrétiens y ont été aisément assimilés.

En 1949, le Parti communiste a désigné l’Etat comme nouvelle religion, avant d’instaurer un moratoire de trente ans sur toutes les pratiques spirituelles. Les croyances religieuses traditionnelles  ont été fortement éprouvées, notamment pendant la Révolution culturelle. Des monastères ont été démantelés et les temples détruits, tandis que des moines  et des nonnes étaient envoyés dans des camps de travail, voire assassinés. Après la mort de Mao, le Parti assouplis certaines restrictions. Les cultes ont été à nouveau, à la condition que toutes les structures demeurent sous le contrôle de l’Etat. Malgré le l’idéologie politique, la Chine a aujourd’hui définitivement renoué avec la spiritualité.

On retrouve 5 principales religions ou philosophies en Chine :

Le confucianisme

Clé de voute de la société chinoise depuis deux millénaires, le confucianisme est avant tout une philosophie  humaniste  qui aspire à  l’harmonie sociale et au bien commun. Bien qu’on ne puisse le qualifier de religion, il est depuis toujours profondément  empreint de moralité.

Le confucianisme, repose sur les enseignements  de Confucius (551-479 av JC), qui vécut à une époque ou la Chine  était en proie à des conflits et à des bouleversements sociaux permanents. Ce fut l’une des nombreuses philosophies  qui émergent pour expliquer l’instabilité politique et tenter d’y remédier. «Je ne sais pas ce qu’est la vie, comment saurais-je ce qu’est la mort; je ne suis pas capable de servir les hommes, comment serais-je capable de servir les dieux ? ». Malgré son évolution, les idées maitresses de cette philosophie n’ont pas changée, elles mettent l’accent sur  cinq  relations hiérarchiques élémentaires  entre père et fils, souverain et sujet, mari et femme, ainé et cadet et entre amis. Confucius pensait que si chacun tenait sa place dans la société, il serait possible d’atteindre l’ordre social.

Le taoïsme

Mystique et naturaliste, le taoïsme se distingue du confucianisme d’essence éminemment sociale. Le sage taoïste recherche la Voie (Dao), qui ne peut s’énoncer car elle représente une forme de réalité absolue et cependant indicible. Le taoïsme est d’essence ambigüe, c’est un aspect déroutant de la culture chinoise, auquel sont associés de nombreux récits philosophiques et légendes populaires, mais également un vaste panthéon de divinités.

Le taoïsme trouve son origine dans le Tao Te Ching, un mince volume de 5000 caractères attribué à Laozi (VI eme-Ve av JC-Lao-tseu). Le thème central de l’ouvrage, comme du taoïsme  en général, est le concept du tao (dào)-force cosmique de l’univers, impossible à formaliser ni à appréhender. Parmi les méthodes préconisées par les taoistes, la quête du Dao, le non agir et la pratique du paradoxe sont primordiaux .Ne pas agir ne veut pas dire être passif mais d’essayer à une forme d’action en lien avec le monde, non contre lui . Quand au paradoxe, il vise à retrouver l’unité primordiale présente au cœur de chaque chose, à l’image du yin et du yang qui ne s’opposent mais se complètent.

Le bouddhisme

Fondé en Inde autour du Véme siècle av J-C, le bouddhisme repose sur l’idée que toute vie est souffrances que la cause de la souffrance est le désir, lequel découle à la fois du domaine sensible et de l’affect. Le terme Bouddha fait généralement référence au fondateur historique du bouddhisme, Siddharta Gautama, mais il s’applique aussi parfois à ceux qui ont atteint le nirvana.

Le bouddhisme est arrivé en Chine par la Route de la soie vers le I er siècle et connu son essor vers le IV éme siècle au moment des conflits entre seigneurs de la guerre et des invasions nomades.

En dépit des nombreuses formes de Bouddhisme, presque tout le courant bouddhiste en Chine appartient à l’école Mahayana, qui annonce que l’existence est une et que le sort de chaque individu est lié au destin des autres.

L’islam et le Christianisme

La présence de l’islam en Chine remonte au VII eme siècle, lorsqu’il fut introduit par les marchands arabes et perses qui empruntaient la route de la Soie. Plus tard, sous la dynastie mongole des Yuan, le commerce maritime se développa et de nouveaux commerçants débarquèrent sur la cote. Leurs descendants  se sont peu à peu intégrés à la culture han et se distinguent essentiellement par leur religion. En chinois, ils sont appelés ‘’ Hui’’. On estime que le pays compte 1.5 à 3% de musulmans.

Le christianisme représente lui, entre 3 à 5% de ma population.

Arrivée a peu prés au même moment et par les mêmes chemins que l’islam, via Les Nestoriens (secte chrétienne perse), le christianisme ne fit pas vraiment d’émules, même à l’époque de missionnaires catholiques et protestants, au XVI eme siècle, ils ne surent s’attirer que les faveurs de la cour impériale. Au moment des concessions étrangers, les occidentaux firent construire églises et monastères et la religion du christ commença à faire des convertis mais tout ce ci s’arrêta nette avec l’arrivée des communistes au pouvoir en 1949.

Aujourd’hui la situation est un peu différente, le christianisme est la religion qui connait l’essor le plus rapide en Chine . De nombreux chinois l’associent à la modernité, aux progrès technologiques et à l’éthique du travail. En marge des courants chrétiens ‘’officiels’’, une multitude d’églises clandestines appelés « Églises domestiques » ont faits leurs apparitions ces dernières années, ces églises sont malheureusement très peu tolérées par les autorités.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.