Restrictions de circulation au Tibet - Chine Voyages
1245
post-template-default,single,single-post,postid-1245,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-3.9,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
 

Blog

Restrictions de circulation au Tibet

  |   Visa en Chine   |   No comment

La Chine considère le Tibet comme une région chinoise, mais un visa chinois ne suffit pas pour la province. Les réglementations changent en permanence, avec une constante : vous devez demander un permis au Bureau du tourisme tibétain avant de pénétrer dans la région autonome du Tibet.

Pour ce faire, vous devez faire partie d’un groupe et déposer votre demande via une agence – qui ne vous vendra un permis qu’avec un circuit au Tibet.

La solution la moins chère consiste généralement à prendre une « formule » aérienne entre Lhassa et Chengdu, ou ferroviaire au départ de Chengdu, Xi’an ou Xining. Dans ces villes, la plupart des auberges s’en chargent. Ces formules incluent parfois quelques nuits à Lhassa. Dans le meilleur des cas, elles se résument au permis et au billet. A l’arrivée à Lhassa, les « groupes » temporaires se séparent. Libre à vous d’organiser la suite de votre voyage.

Depuis Katmandou, vous devrez vous joindre à un circuit pour obtenir le permis du Bureau du tourisme tibétain. Votre visa chinois sera annulé et remplacé par un visa de groupe sur feuille volante. Vous pouvez en obtenir une copie sur demande, ce qui vous permettra de circuler librement en indépendant à la fin du tour, pour la durée indiquée sur le visa de groupe (ce qui peut se limiter à 2 semaines supplémentaires).

Une fois au Tibet, il vous faudra obligatoirement un permis pour accéder à tout autre endroit que la préfecture de Lhassa et les villes de Shigatse et Tsetang – et donc pour des lieux comme le camp de base de l’Everest (EBC), Samye, Sakya et le mont Kailash. Ce permis ne s’obtient qu’en s’inscrivant à un circuit par l’intermédiaire d’une agence agréée

No Comments

Post A Comment