Thames Town, une ville britannique au coeur de Shanghai - Chine Voyages
2539
post-template-default,single,single-post,postid-2539,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-3.9,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
 

Blog

Thames Town, une ville britannique au coeur de Shanghai

  |   Lieux insolites   |   No comment

Ce n’est un secret pour personne, les Chinois sont les maîtres de la copie. Mais saviez-vous qu’ils se sont mis à répliquer des villes entières? Thames Town, à Shanghai, en est le plus bel exemple. Une réplique complète d’une ville anglaise avec ses petites maison à colombages, pubs, petites boutiques, mais quasiment déserte.

«Je voulais que les propriétés ressemblent exactement à celles du Royaume-Uni. Je pense que les maisons anglaises ont un caractère très spécial. Lorsque nous décidons d’apprendre des autres, nous ne devrions pas faire des améliorations ou des changements. » Voici ce que James Ho, PDG de Shanghai Hengde, la société en charge de la construction de Thames Town, a déclaré à Reuters en 2006, lors de l’inauguration des lieux. Les bâtiments de Thames Town sont les répliques exactes de ceux que l’ont peut trouver en Angleterre. Si bien copiés que des plaintes ont été déposées par les propriétaires de pubs anglais.

Cette copie de petite ville britannique était censée attirer les touristes, mais aussi les investisseurs. Seulement, comme beaucoup d’autres projets chinois, ambitieux et coûteux, Thames Town n’a pas réussi son pari. Aujourd’hui, c’est presque une ville fantôme, éloignée du centre de Shanghai et qui ne fait que drainer de futurs mariés venus faire des séances photos et quelques curieux ayant eu vent du projet.

Situé à proximité du terminus de la ligne 9, Thames Town a ouvert ses portes en 2006, dans le cadre du projet « Shanghai One City, Nine Towns »,destiné à accueillir environ 10.000 personnes dans des tours d’habitation et des maisons classiques anglaises. Comme son nom l’indique, Thames Town est un petit bout de Londres en Chine, avec des rues pavées, des cabines téléphoniques rouges, des noms de rues commençant par Oxford ou Queen, une cathédrale gothique et bien sûr, une fausse Thames River. Malgré tout les efforts investis dans le marking pour promouvoir Thames Town, le projet n’a jamais vraiment décollé. Seule une poignée de personnes y vivent et Thames Town est une ville fantôme qui sert de décor aux photos de mariage…
Sans doute la faute au prix exorbitant des maisons et appartements compris entre $ 600.000 et $ 750.000 pour 307 à 377 mètres carrés; les appartements sont un peu moins cher, mais à 750 $ le mètre carré, ils ne sont pas exactement abordable pour la classe moyenne chinoise. Ou est-ce cette maudite spéculation organisée par de riches investisseurs qui ont acheté la majorité des lotissements qu’ils peinent désormais à revendre?

Cependant, Thames Town n’est pas le seul investissement monumental qui a échoué. Ordos, connue sous le nom de « la ville vide » en est un exemple retentissant. Trop éloignée du centre financier et commercial, les lotissements ne trouvaient pas preneurs car personne ne voulait s’éloigner de son lieu de travail. Ordos est aujourd’hui à 99% déserte, malgré d’importants investissements dans le marketing .
Les Chinois ne semblent pas vouloir s’arrêter à ces échecs et ont déjà réalisé une réplique d’une ville pittoresque autrichienne. Peut-être que cela va fonctionner… Qu’en pensez-vous?

Crédits photo: futuregiraffes.com

No Comments

Post A Comment