La politique de l’enfant unique s’assouplit - Chine Voyages
2263
post-template-default,single,single-post,postid-2263,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-3.4,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
 

Blog

La politique de l’enfant unique s’assouplit

  |   Culture et Traditions   |   Pas de commentaire

Dans certaines provinces, avoir deux enfants n’est pas illégal. La pratique est même encouragée. Alors que les effets pervers de la politique de l’enfant unique se font ressentir (vieillissement de la population, problèmes intergénérationnels, culture de « l’enfant roi »), la Chine expérimente un assouplissement de sa loi, afin de contrecarrer ces effets.

Dans la ville de Yicheng, les familles rurales sont autorisées à avoir deux enfants, sous certaines conditions. Dans les années 80, alors que la politique de l’enfant unique bat son plein, les familles qui vivaient dans les zones rurales n’étaient pas les plus heureuses de se soumettre à la loi. En effet, les enfants représentaient une aide et une main d’œuvre indispensable pour la culture des champs. Ils étaient également ceux qui s’occupaient de leurs parents vieillissants et prenaient la relève dans l’exploitation des terres. La politique de l’enfant unique menant à des problèmes démographiques, il fut alors suggéré que les villageois de Yicheng puissent avoir deux enfants.

Cependant, les femmes ne seraient autorisées à avoir leur premier enfant qu’à l’âge de 24 ans et le second avant 30 ans à la condition d’avoir été mariée après 23 ans et leur mari, 25 ans. La conséquence de cet assouplissement de la loi ? Les ruraux ont progressivement accepté la loi de l’enfant unique et les relations entre ceux chargés de faire respecter la loi et les villageois se sont détendues.
Aujourd’hui, les villageois préfèrent même ne plus avoir qu’un seul enfant. Le coût des soins médicaux, de l’école, du mariage et de l’aide qu’il faut lui apporter afin de lui acheter un bien est déjà une lourde charge pour ces familles.

Une autre résultante de cet assouplissement de la loi appliqué depuis deux décennies, montre que Yicheng a une progression démographique plus lente que dans le reste de la province du Shanxi et que le ratio hommes/femmes est plus équilibré que la moyenne nationale (118 garçons pour 100 filles actuellement).
A Shanghai également, une loi pionnière a été introduite pour permettre aux couples urbains étant enfants uniques, d’avoir deux enfants. Et quelques provinces permettent à certaines familles dont le premier né est une fille, de retenter leur chance pour avoir un garçon.

Et vous, pourriez-vous vous contenter d’un seul enfant si vous n’aviez pas le choix ?

Pas de commentaires

Postez un commentaire