A la rencontre des cowboys tibétains - Partie 2 - Chine Voyages
7564
post-template-default,single,single-post,postid-7564,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-3.9,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
 

Blog

A la rencontre des cowboys tibétains – Partie 2

  |   Tibet   |   1 Comment

Après un mois au sein de ma famille d’adoption – anciens nomades reconvertis en fermiers sédentaires – après avoir appris à traire le yak et à monter à dos de cheval, j’ai finalement eu le privilège de rencontrer une minorité ethnique qui m’a toujours intrigué : les Khampas. Situé en partie, à l’ouest de la province du Sichuan, ils ne sont pas reconnus comme une des 56 ethnies de la République populaire de Chine, et répondent donc au nom de cowboys Tibétains.

Les Khampas vivent essentiellement de ce que leur rapporte l’élevage de yak. Cependant leur véritable passion est celle des chevaux. A plusieurs heures de route de Kangding, sur la route de Lhassa, j’atteins le village de Litang perché à 4000 mètres d’altitude où chaque année se déroule le festival de cavaliers. Une tradition qui se perpétue afin d’affirmer fièrement leur identité et assurer la transmission de leur culture.

Une passion commune

Des centaines de familles se réunissent pour assister à des courses de chevaux aux acrobaties vertigineuses, à des concours de dressage… Les danses et des chansons traditionnelles ponctuent l’événement. La Sang cérémonie notamment ouvre le festival et des branches de genièvre sont brûlées en l’honneur des dieux.

Les-cowboys-tibetains_partie2-2

Cheveux noirs abrités sous un chapeau aux larges bords tressés ou cachés sous un morceau de peau de léopard des neiges, les Khampas portent la chupa, un vêtement traditionnel fabriqué à partir de laine de mouton. Une allure de cape et d’épée complétée par d’opulentes parures de bijoux de pierres et d’argent et de lunettes de soleil modernes. Les danseurs jettent leurs bras en l’air au rythme de la musique et les longues manches de leurs costumes soulignent les mouvements impulsifs. Les femmes de Khampas sont minutieusement coiffées de 108 petites tresses. Les jours de fête, elles ornent leurs coiffes d’argent, de coraux, de pierres  semi-précieuses de toutes les couleurs et d’amulettes en or.

Un moment privilégié

Un festival haut en couleurs, un moment unique et privilégié, les Khampas passionnés par la course, m’observent tout de même du coin de l’œil,  les enfants s’approchent de moi… Tous affichent un sourire intrigué sur un visage doux, et au regard qui en dit long. Un expérience de vie, en pleine nature, à plus de 4000 mètres d’altitude, entourée de collines verdoyantes,  immergée dans la culture nomade,  dont je garde le souvenir d’un spectacle vibrant et un séjour émouvant au cœur des traditions tibétaines.

Lire aussi : A la rencontre des cowboys tibétains – Partie 1

 

 

1Comment

Post A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.