Voyage au Japon : les grands et les petits principes de la gastronomie japonaise - Chine Voyages
7635
post-template-default,single,single-post,postid-7635,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-3.4,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
 

Blog

Voyage au Japon : les grands et les petits principes de la gastronomie japonaise

  |   Japon   |   Pas de commentaire

La cuisine japonaise ne se cantonne pas uniquement à cette boulette de riz vinaigré recouverte d’une tranche de poisson cru, née au XIXe siècle sur les docks de Tokyo, ni même aux sashimis ou aux fameux makis que les Français connaissent bien. Symbolique et pleine de sens, la nourriture a une importance très particulière, au pays du Soleil Levant. Car au-delà des mets « classiques » il existe une réelle cuisine complexe et raffinée qui comprend de nombreuses déclinaisons, de spécialités locales et de savoir-faire ancestraux ayant cultivé l’excellence dans les sphères supérieures de la société nippone.
Passionnés de cuisine, un voyage au Japon est certainement la destination culinaire qui éveillera vos papilles !

Voyage-au-Japon_les-grands-et-les-petits-principes-de-la-gastronomie-japonaise

Plus qu’un coup de baguette, un art de vivre !

Inscrit au patrimoine immatériel de l’Unesco depuis décembre 2013, le Washoku est un ensemble très riche de savoir-faire lié à la préparation et à la consommation d’aliments, et au respect des ressources naturelles. La culture culinaire japonaise s’est développée en communion avec les événements tout au long des saisons. Lors des fêtes du nouvel An par exemple, les japonais préparent divers mets joliment décorés à base d’ingrédients frais, ayant une signification symbolique. Une pratique sociale partagée par les membres de la famille ou de la communauté et dont les connaissances et le savoir-faire sont transmis au sein du foyer.

Un parfait équilibre des saveurs

Le salé, l’amer, le sucré, l’acide, demeurent et s’harmonisent le plus souvent avec une 5ème saveur, l’Unami bien connue des chefs nippons. Umami est un mot japonais qui signifie « goût savoureux » qui peut être aussi décrit comme un goût plaisant de bouillon ou de viande qui provoque une sensation durable et appétissante. Cette saveur a été identifiée en 1908 par un chercheur japonais en goûtant un bouillon d’algues fucus. Une saveur reconnue mondialement depuis une petite centaine d’années que la culture culinaire japonaise maîtrise avec une grande justesse, le sens de l’association. Une utilisation qui commence à peine à être initiée par les grands chefs occidentaux.

Une recherche constante entre harmonie et subtilité

Issue de la méditation et de la poésie, elle se veut réfléchie et porteuse de sens. La cuisine japonaise se démarque par un souci du détail et de l’esthétisme qui touche aussi bien la vaisselle que la présentation des plats. Les bouchées doivent être jolies et adaptées à la taille de la bouche, respectant une harmonie des couleurs et une diversité des mets. Il s’agit d’une cuisine d’auteur, avec un style traditionnel et créatif à la fois qui repose sur la volonté de sublimer avec subtilité de produits frais sélectionnés avec soin.

Je vous invite à découvrir  la cérémonie du thé. Vivez toute les étapes: de la préparation du thé à sa dégustation, en Kaiseki. Une vraie expérience qui vous fera toucher du doigt un art japonais des plus traditionnels, où tout est codifié et magnifié.

 

Pas de commentaires

Postez un commentaire