Sur la route du thé - Chine Voyages
3037
post-template-default,single,single-post,postid-3037,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-3.4,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
 

Blog

Sur la route du thé

  |   Culture et Traditions   |   Pas de commentaire

A la fois produit de consommation courante et feuille sacrée aux bienfaits indéniables sur la santé, le thé en Chine, c’est toute une histoire ! De la cérémonie Gong fu cha dans le sud, au Oolong du Fujian, en passant par le thé jaune du Sichuan, chaque province, chaque région, chaque village respecte des traditions ancestrales liées au breuvage vénéré

 

On boit du thé en Chine depuis le 2ème millénaire avant Jésus-Christ ! Pas étonnant que la boisson soit entourée de légendes et d’histoires fantastiques. On raconte en effet que des feuilles se seraient détachées d’un arbre avant de se poser dans le verre d’eau chaude de l’empereur. La première tasse de thé était née.

C’est en Chine que l’on trouve les plus anciennes plantations de thé au monde, dans les régions du Yunnan et du Sichuan. Enfin, le pays est aujourd’hui le second producteur de thé au monde, après l’Inde. En fonction de la date de récolte et du traitement réservé aux feuilles, on distingue 6 sortes de thés*. Voici les trois plus répandues dans l’Empire du Milieu.

De loin le plus populaire, le thé vert est consommé par tous les Chinois, à tous moments de la journée. Peu théiné, il est aussi très réputs dans la médecine traditionnelle chinoise. Très désaltérant, il facilite la digestion et contient beaucoup de vitamine C. Habituellement, ce thé est bu dans des grands verres ou tasses, où les mêmes feuilles sont infusées trois fois. « Une fois pour la terre, une fois pour les esprits, une fois pour le ciel« . Un des thés verts les plus réputés est le Long Jing ou « puit du dragon », produit dans la région du Zhejiang, près de Shanghai.

Très consommé également, le thé Oolong est un thé vert semi-oxydé, que les Chinois qualifient de « bleu-vert ». Il est aussi peu concentré en théine et peut se boire en fin d’après-midi ou le soir. Il est de plus bourré d’antioxydants et sert d’anxiolytique. Malgré l’amertume du thé, rappelons que les Chinois n’ajoutent jamais de sucre à la préparation, traditionnellement préparée dans une petite théière en terre cuite. La plupart des thés Oolong proviennent des montagnes de l’ouest de la Chine, dans la province du Jiangxi et du Fujian essentiellement.

Plus rares, plus chers et réservés aux grandes occasions, les thés Pu Er ou thés sombres sont des thés que l’on fait fermenter après récolte sous une toile, afin de conserver un grand taux d’humidité. Ils diffèrent en cela des thés noirs, très peu bus en Asie, qui fermentent une fois séchés. Véritables produits de luxe, on parle de « crus » ou de « millésimes » qui se bonifient avec le temps… Outre des vertus anti-oxydantes, les thés Pu Er feraient diminuer le taux de cholestérol et de lipides dans le sang, auraient une action bénéfique sur le foie et le pancréas. Originaire de certaines provinces du Yunnan (Sud Ouest de la Chine), le Pu Er bénéficie d’une indication géographique protégée.

Lors de votre passage en Chine, ne manquez pas de visiter un salon de thé ! Vous y assisterez à une cérémonie de Gong fu cha et serez initié à un véritable art de vivre. Haut lieu de socialisation, le salon de thé est en effet un moment privilégié de rencontre et de partage.

Et vous ? Comment buvez-vous votre thé ? Avez-vous déjà assisté à une cérémonie du thé chinoise ? Quelle est votre expérience la plus marquante autour du thé ?

* Les 3 autres sortes de thé sont les thés jaunes, blancs et noirs.

Pas de commentaires

Postez un commentaire