Les ethnies en Chine (Suite et fin) - Chine Voyages
2996
post-template-default,single,single-post,postid-2996,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-3.9,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
 

Blog

Les ethnies en Chine (Suite et fin)

  |   Culture et Traditions   |   No comment

Les minorités chinoises, au nombre de 55, ont chacune une ou plusieurs langues parlées, des coutumes et traditions propres. Suite et fin de notre dossier sur les ethnies les plus importantes en Terre du Milieu

 

 

Les Tibétains – Depuis que le Tibet est devenu une région autonome en 1965, les Tibétains sont devenus en effet les représentants d’une nouvelle minorité ethnique. On estime qu’ils seraient aujourd’hui 6,3 millions en Chine alors qu’en Inde, au Bouthan et au Népal, quelques minorités existent également. En réalité, les Tibétains regroupent au sein de leur communauté plusieurs ethnies différentes : Zang, Golok, Qiang, Naxi, Bai, Mongole, Moso, Nu, et Salar. Tous ou presque pratiquent le bouddhisme (on note quelques musulmans, animistes et catholiques mais ils sont très rares) qui rythme véritablement le cours de leur journée et de toute leur vie. Très fervents dans leur foi, les Tibétains attachent une grande importance à leur identité, qu’ils tentent à tout prix de préserver, malgré les campagnes de « modernisation » menées par le Parti Communiste Chinois. S’ils sont difficiles à approcher, ils n’en demeurent pas moins fiers et souriants, fascinants et attachants.

Les Li – Indigènes de l’île de Hainan, au Sud de la Chine, ils peuplent aujourd’hui en majorité ces terres et seraient 1,2 millions. On suppose qu’ils sont en fait les descendants des anciennes tribus Yue de Chine et du Vietnam et qu’ils se seraient installés sur l’île, il y a des 6000 ans. Parlant une langue complètement à part, les Li n’ont pas connu d’écriture avant les années 50 et ont d’ailleurs opté pour l’alphabet latin et non pour les idéogrammes chinois ! Traditionnellement, avant que le paysage ne soit transformé par les stations balnéaires huppées, les Li habitaient dans les montagnes, dans des chaumières en forme de bateau, rendant hommage aux embarcations qui leur avait permis d’arriver sur l’île.

Les Yi – Les 8 millions de membres de la communauté Yi sont répartis entre la Chine, le Vietnam et la Thaïlande. Si le terme « lo lo » est devenu péjoratif pour les Chinois, il est encore utilisés par les Thaïs et Vietnamiens. Ils vivent dans les zones rurales et montagneuses du Sichuan, du Yunnan, du Guizhou et du Guangxi. Vivant de la chasse et de leurs troupeaux, les Yi parlent une langue proche du birman. Selon la coutume, tous sont les descendants du même ancêtre : Apu Dumu, qui eut trois femmes et six fils. Chaque fils aurait par la suite voyagé au travers les collines avant de fonder leur propre filiation. Animiste, la société Yi est gouvernée par un chaman qui pratique le fétichisme. Vénérant les esprits et les éléments qui les entourent, ils honorent également le symbole du dragon qui protège les villages et éloigne les démons…

No Comments

Post A Comment