La grue blanche déploie ses ailes : cours de Tai Chi Chuan - Chine Voyages
3061
post-template-default,single,single-post,postid-3061,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-3.9,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
 

Blog

La grue blanche déploie ses ailes : cours de Tai Chi Chuan

  |   Culture et Traditions   |   No comment

Dans un pays comme la Chine, dans une ville comme Shanghai, où notre vie n’est autre que métro-boulot-apéro-dodo, comment faire pour garder la forme physique et un moral à toute épreuve dans une ville qui ne dort jamais ?

Ca fait déjà plusieurs jours que je me sens un peu tendue, je ne pense pas vraiment manquer d’exercices, je recherche juste à me relaxer et trouver un moyen pour détendre mon corps, apaiser mon esprit et recharger les batteries. J’ai donc, après avoir longuement observé leur chorégraphie dans les jardins publics, fascinée par la lenteur et la précision des mouvements les yeux fermés, opté pour des cours de Tai Chi Chuan.

Le rendez vous est pris. Au programme, quelques séances souvent très matinales de Taï Chi Chuan dans le parc à cote de chez moi ou sur le Bund de Shanghai, avec un professeur qui n’est autre qu’un petit bout de femme extrêmement calée en la matière : ma voisine sexagénaire et ma nouvelle passion pour l’Art martial chinois.

Le Tai Chi Chuan, est par définition un style de boxe « soft », dont ses origines sont profondément liées avec l’histoire de la Chine et ses traditions. Né au 14eme siècle environ, le Tai Chi Chuan a longtemps été la discipline des moines taôiste, elle est désormais considérée comme une discipline de vie et recommandée dans la médecine traditionnelle chinoise. Il y a aujourd’hui des dizaines de nouveaux styles, de modèles hybrides et des ramifications des principaux styles.

Le Tai Chi Chuan le plus populaire en Chine, celui dont j’ai eu l’opportunité de pratiquer dans un petit jardin public, entourée d’une dizaine de retraités pour la plupart, et observée par une multitude de passants amusés par ma présence au cours, appartiendrait au style Yang. D’une manière générale, la discipline se concentre sur l’équilibre entre le Ying et le Yang, sur la circulation de notre énergie vitale (le qi), la respiration, et la méditation, du rapport entre l’être humain et son environnement terrestre et céleste. La plupart des mouvements sont plutôt lents, d’autres sont exécutés à un rythme accéléré.

Consciencieuse mais un peu hésitante tout de même je m’efforce de suivre mon professeur et de tendre l’oreille pour comprendre les quelques explications en chinois. Guidées par le souffle et l’enchainement de mystérieux mouvements et postures, j’apprends, je me détends et me laisse porter par un imaginaire très développé. Après avoir « repoussé le singe, séparé la crinière du cheval sauvage et tapé les oreilles du tigre», je me sens un peu plus détendue et certainement plus en proche de la culture chinoise. Le Tai-Chi est aussi une forme de spiritualité qui colle avec mes croyances, c’est un état d’esprit, une façon de relativiser sur les petits tracas de la vie quotidienne, c’est ma cure de jouvence ! Essayez vous serez étonné !

No Comments

Post A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.